Feeds:
Articles
Commentaires
Publicités

0691 

  Cette fête est celle qui tient le plus au cœur du véritable ajaccien.
   Elle est née en 1656, à l’époque où plusieurs régions de l’Italie sont touchés par la peste. C’est le cas de la ville de Gênes ; c’est à cette époque que le Conseil des Anciens décide de mettre la ville d’Ajaccio sous la protection de la vierge miraculeuse de Savone, Notre Dame de la Miséricorde.
   C’est le 16 novembre de cette année que la Maginifica Communità et le Conseil des Anciens, réunis dans la salle del publico palazzo, proclament la Vierge de la Miséricorde patronne de la ville et prennent l’engagement perpétuel de fêter le 18 mars de chaque année. C’est le vœu des « Magnifiques Anciens ». Ils font édifier une chapelle de Notre dame de la Miséricorde dans la cathédrale d’Ajaccio.
   Depuis, les solennités débutent le soir du 17 mars par les prières traditionnelles devant la statue de Notre dame de la miséricorde située sur la place des Palmiers.

066jpg

 

062

 

026

 

069

 

072

 

092

 

084

 

117

 001

 009

 

019

 027

 

028

 

035

 

037

 

014

 

0371

 

066

 

068

 

077

 

1171

 

119

 

125

 

126

 

132

 

142

 

147

 

149

 

169

 

1921

Mare e monti

Mare e monti

 mer et montagne

  Constituée de 1700 sommets de 300 m à 2710 m, la montagne impose à la Corse son allure grandiose et  majestueuse. Le plus haut d’entre eux, le Cintu culmine à 2710 m.

  Ses 1000 km de côte, ses plages de sable fin, ses criques inondées de soleil, imposent à la Corse son aspect de terre idylique et d’image de cartes postales. 

   C’est que la corse est la marque d’une confrontation perpétuelle,  entre les rivages et  les montagnes, entre un dépeuplement des communes de l’intérieur et la concentration de ses habitants dans les agglomérations côtieres,  entre, des traditions qui luttent pour ne pas mourir dans les villages de l’intérieur,  et celles qui ont déja été remplacées sur la côte par des préocupations et des attitudes venues d’ailleurs.

   C’est cette confrontation, cette opposition des cultures qui font que la Corse est constament en recherche de son âme et son identité.

Quoiqu’il en soit, c’est cette diversité qui en fait sa grandeur et sa richesse.

La mer

Paul Verlaine

La mer est plus belle
Que les cathédrales;
Nourrice fidèle,
Berceuse de râles;
La mer sur qui prie
La Vierge Marie!
Elle a tous les dons,
Terribles et doux.
J’entends ses pardons,
Gronder ses courroux;
Cette immensité
N’a rien d’entêté.
Oh! Si patiente,
Même quand méchante!
Un souffle ami hante
La vague, et nous chante:
« Vous, sans espérance,
Mourez sans souffrance! »
Et puis, sous les cieux
Qui s’y rient plus clairs,
Elle a des airs bleus,
Roses, gris et verts…
Plus belle que tous,
Meilleure que nous!

dsc_0035

dsc_1706

 

img_0542

 

La Montagne

Ma montagne est un lieu que moi seul je connais.
Elle est animée par une force incroyable
Cachée derrière ses creux et ses lignes ondulées
Qui en rien ne séparent ses formes immanquables.

scalella-mars-09-028

 

dsc_3669

 

dsc_0067

Le Culte de la Mort

   » Quelqu’un rend l’âme dans l’ombre fraîche, remplie d’yeux et de chuchotements, le froid murmure du sentir expirant.

   Peut-être son ultime pensée ira-t-elle au dernier sillon qu’il traçait hier, cette terre qu’il travailla, où il fit jaillir la récolte, et où désormais il reposera.

   C’est le soir, et dès que s’échappe le dernier soupir, un parent, un ami, allume un cierge et le place successivement dans chaque main du moribond : puis il l’éteint et la fenêtre ou la porte reste ouverte, afin que l’âme puisse prendre son vol vers le ciel. On ne la referme qu’après l ‘enterrement »

Franck CIMART. POUR EN SAVOIR PLUS… La présente évocation est inspirée d’un livre : « CORSE », paru aux Editions Christine BONNETON.

 

Cimetière marin de Bonifacio

dsc_4611

 

dsc_4612

 

dsc_4618

 

dsc_4602_r1

 cimetière de Tralonca (Hte Corse)

dcp00977

 

 Cimetière d’Ajaccio 

 (route des Sanguinaires) 

dsc_0001-1

 

dsc_0003-14

 

dsc_0006-1

 Qui n’en a pas goûté ne connaît pas l’île » (Bergerat)

  » À la suite de la fabrication du fromage, le lactosérum est récupéré, additionné au lait frais et chauffé jusqu’à 75 – 80 °C. Survient alors l’instant magique de l’apparition du brocciu à la surface du mélange. Le berger-fromager dépose manuellement la délicate mousse laiteuse dans les faisselles (fattoghje ou casgiaghje).
  Les gourmands savent qu’après refroidissement et égouttage court (2 à 3 heures), le brocciu est consommable. Il peut être également séché et affiné, il s’agit alors du brocciu passu.
  Le brocciu se consomme nature, sucré ou salé, en omelette, dans les farces. Il s’accommode parfaitement avec le poisson, est volontiers utilisé frais accompagné d’une goutte d’eau de vie pour relever sa saveur délicate. Il rentre notamment dans la composition de nombreuses pâtisseries : cuites au four, frites, en tartes, en chaussons… elles sont restées l’élément indispensable et distinctif des fêtes familiales. »
Syndicat AOC Brocciu
7, bd Général de Gaulle
Place Saint Nicolas
20200 Bastia   

La traite des brebis

dsc_0033

 

dsc_0122

 

dsc_00402

 

dsc_0154

 

La fabrication du brocciu

dsc_0064

 

dsc_0078

 

dsc_0104

 dsc_0115

 

dsc_0127

 

dsc_0126

 

 Les beignets au brocciu…dégustation !

dcp00819

 

dsc_0077

   La silhouette, robuste, ombreuse, protectrice et bienveillante du châtaignier est tellement liée à celle de la Corse que l’on a pu parler d’une véritable « civilisation de la châtaigne ». Il est vrai que pendant longtemps, la châtaigne, quasi monoculture en cette région de Corse, réduite en farine, formait la base principale de l’alimentation des habitants..

  L’île reste certainement une des dernières régions du monde où l’on consomme la châtaigne comme une céréale. Protégeant de tout temps la population des famines, les Corses appellent respectueusement le châtaignier « l’arbre à pain ». Vers la fin du XVIIe siècle on estimait qu’un pied de châtaignier nourrissait convenablement une famille pendant un mois… « Tant que nous aurons des châtaignes, nous aurons du pain » déclarait Pascal Paoli

http://www.chataigne-corse.fr/

Tout commence en novembre par la récolte :                                                   

                                                        dsc_0037

 Ici, mal au dos s’abstenir..!

dsc_01072 

Puis arrive la phase du séchage dans un caseddu.

img_1901

 img_1888

 Le feu brûle jour et nuit pendant 21 jours. Il est alimenté exclusivement par du bois de châtaignier.

 

Un moment important: Le décorticage et le triage: « La Pistèra »

img_1942

 

img_1980

 

img_1986

 

La phase du passage au four,..le biscuitage

img_2089

 

img_2125

 

Derniere opération : Le passage au moulin.

 

moulin-3

 moulin2

 

Un hymne à la châtaigne :

La CASTAGNICCIA

Située au centre Est de la Corse, la région est recouverte de châtaigniers.

En Castâgniccia, on trouve de très nombreux petits villages,  aux maisons en toits de lauze.

La religion est présente partout, elle se matérialise notament par de une multitude de chapelles Romanes et d’églises baroques.

 

dsc_00411

 

dsc_0050

 

dsc_0063

 

dsc_00031

 

Et le Final….

img_21404

                                                                                             img_21422

 

 

 

 

  Tous les ans au mois de juin,  à lieu sur la commune d’Ucciani la rituelle bénédiction des petits pains de St Antoine. Cette cérémonie se déroule dans une petite chapelle isolée située  entre les villages de Tavera et Ucciani. Aprés une messe en plein air qui rassemble traditionnellement une cinquantaine de fidéles, la statue du Saint est transportée en procession aux alentours de la chapelle.

  Certains fidéles venu des environs, ont amenés dans des paniers d’osier des petits pains qui seront distribués à la fin de la cèrèmonie. A chacun sa recette… mais ce qui est important,  c’est que pendant toute l’année, ils seront une protection contre le mauvais sort.

  Cette distribution qui était à l’origine un acte de solidarité et de charité Chrétienne, à l’image de la bonté du Saint que l’on honore, s’est transformé au  fil du temps en une croyance tenace destinée à  protéger les fidéles de ce mauvais esprit.

 

                                                                                                                                                                                     

dsc_0033_modifie-1

 

dsc_0062_modifie-1

 dsc_00313

 dsc_0146

 

dsc_0170_modifie-1

 

dsc_0178